Publié le

L’esprit de la Samain plane sur la mystérieuse forêt

tête de mort végétale Brocéliande Spirit

L’esprit de la Samain plane sur la mystérieuse forêt de Brocéliande. La samain, que l’on appelle plus communément Toussaint, est une période charnière notamment dans notre  belle forêt qui commence à se parer d’ocre et de rouge.

Festive pour les enfants qui fêteront Halloween, la Samain est synonyme de passage. C’est le début de la saison sombre. Les jours raccourcissent et nous glissons progressivement vers l’hiver. Voici bien sûr le temps  pour célébrer les défunts, se souvenir. Une période en clair-obscur propice à la méditation, au calme et aux créations que l’on élabore patiemment, bien calée devant son bureau.
Brocéliande Spirit a été particulièrement inspirée. Vêtements, Bijoux, Marque-page :  zoom sur ces créations.

Un T-Shirt Brocéliande Spirit (horriblement) végétal

tshirt homme tête de mort végétale Brocéliande Spirit
tshirt homme tête de mort végétale Brocéliande Spirit

Entre univers végétal et tête de mort festive, ce motif mêle les principes de la vie et de la mort. Il se décline allègrement sur toutes les gammes des couleurs. Osons le rouge, le vert, le jaune….
Mais en attendant, voici le une proposition sur t-shirt jean délavé,  imaginé cet été (merci à mes enfants et à leur appétence pour le gothique 😉

Lune d’agate : Les oreilles se parent de mystère

boucles d'oreilles lune d'agate Brocéliande SpiritChose promise….Ces boucles d’oreille travaillées avec des perles d’agate mauve sont en acier inoxydable. Une petite fantaisie toute en douceur avec un discret rappel aux motifs celtes. Si vous le coeur vous en dit, découvrez toute la collection « Ame celte » ici.

Un marque page qui ressemble à un bijoux

marque page feuille  Brocéliande spiritPetit dernier, et carrément mon chouchou, ce marque-page argenté ou doré, ornera votre livre, à moins qu’il n’atterisse dans vos cheveux, en mode accessoire. Vous le retrouverez à la boutique du pays de Merlin à Paimpont, mais également dans quelques bonnes librairies.

Publié le

L’Écosse : voyage en terre celte

Quoi de plus excitant pour un breton, attaché à ses racines celtes, que de découvrir l’Écosse, ce grand frère qui a nourri notre imaginaire grâce à ces immortels coupeurs de têtes, ces valeureux guerriers barbares ou encore ces fantomatiques châteaux hantés.

Plus sérieusement, l’Écosse représente une étape incontournable et c’est avec une vraie émotion que je vous livre mes plus belles découvertes. Commençons de façon chronologique.

Premier chapitre de ce road feuilleton : Glasgow !

L’été écossais

Nous arrivons un lundi soir de début d’été au port de Plymouth, fraîchement débarqués et nous remontons d’une traite la route qui nous emmène vers le nord. Direction Glasgow. J’avais lu que cette ville au passé industriel n’avait rien d’excitant. Je la trouve plutôt chouette, avec ses vieilles et imposantes bâtisses en briques rouges, flanquées de leurs bow-windows qui semblent faire partie de l’architecture classique de cette Écosse du sud. Au hasard de rues, on peut admirer des frises réalisées sur les murs. Scènes de forêt, animaux…Je suis bluffée ! Quel talent. Glasgow est également réputée pour son dynamisme culturel et son avant-gardisme.

 

La chaleur est ailleurs !

Sur Cathédral Street, Une petite pluie fine s’abat, mais la température frisant les 12 degrés ne décourage pas les écossais qui ont, semble t-il, décrété que l’été s’était installé. Pour preuve, plusieurs jeunes filles arborent un short ou une robe, des nus-pieds, tandis que je remonte mon col et que je réprime un frisson.

En déambulant dans la quartier de market hall, la pluie a raison de notre curiosité. Nous nous engouffrons dans cette vaste galerie et c’est comme si nous rentrions dans une ruche. Si je trouvais les rues un peu vides, je comprends maintenant où sont passés les gens. 18 heures, les nombreux pubs, bars et restaurants sont bondés et l’écho de leurs rires et de leurs conversations est amplifié par les hautes colonnes et la toiture. C’est aussi surprenant qu’assourdissant. La température a subitement grimpé de plusieurs degrés. Cette deuxième vision des écossais me laisse supposer qu’ils sont certes peu frileux, mais surtout qu’ils aiment la convivialité. Leur rires tonitruants et leurs discussions animées traduisent à merveille la personnalité chaleureuse et joyeuse de ce peuple.

 

Viviane Fedieu Daniel